En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques

de visites et de vous proposer des informations, ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.

Cette étude s’inscrit parmi les quinze études qui sont menées sur la période de 2012-2015 conjointement par le Centre de Recherche et de Formation du CNAM (CRF) dans le cadre de la Chaire de Recherche Education Thérapeutique du Patient réunissant le CNAM (CRF), l’Université Pierre et Marie Curie et l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Ce programme coordonné de recherche axé sur l’éducation du patient a pour titre général : « Conduite et accompagnement de l’action de soin ». Les quatre axes du CRF participent avec 45 chercheurs de tous horizons.

Une partie des membres de l’axe 1 dont le champ de recherche concerne les processus conjoints de « construction identitaire individuelle et collective et de professionnalisation » a décidé de s’impliquer dans des recherches spécifiques afin de mieux comprendre si, et comment, l'introduction de l'ETP conduit à des transformations identitaires individuelles et collectives des soignants et des patients eux-mêmes.

En effet, l'introduction par la loi HPST (Hôpital, Patient, Santé et Territoire) de 2009 de l'éducation thérapeutique du patient (ETP) dans les milieux du soin a conduit au développement de formations spécifiques des soignants, voire des patients ainsi qu'au développement de pratiques nouvelles auprès des patients dans les services hospitaliers : animation par les soignants de séances collectives visant à expliquer aux patients les pratiques d'auto soin et d'observance (prises autonome et régulière de ses médicaments et traitements par le patient), mais aussi d’interventions individualisées auprès des patients...

Ces activités se déploient tantôt dans des espaces-temps dédiés (séances collectives de formation en dehors de l'espace-temps du soin) tantôt au moment du soin, à côté ou « en concurrence » avec les postures habituelles des soignants. Elles conduisent, par ailleurs, à initier de nouvelles formes de travail (travail interdisciplinaire, répartition nouvelle de certaines tâches...) qui modifient les modes habituels de coordination interprofessionnel. L'introduction de l'ETP s'accompagne donc d'une réorganisation plus ou moins importante des structures de soin et des activités déployées qui occasionnent des apprentissages professionnels nouveaux au fil de l'activité et au sein des offres de formation nouvelles proposées. Elle constitue en cela une offre de professionnalisation à la fois des organisations, des activités individuelles et collectives et des individus eux-mêmes notamment au travers des apprentissages nouveaux développés dans les dispositifs de formation proposés qui très probablement s'accompagnent de transformations identitaires importantes.

L’évolution du rôle des soignés dans le processus thérapeutique est corrélative de la transformation des rôles des autres acteurs du système de soin. Les relations soignants-soignés et leurs évolutions seront étudiées dans le contexte des pratiques du service et de l’hôpital.

Cette étude a une visée exploratoire. Ses objectifs sont les suivants:

  • Analyser les évolutions des rôles entre équipe soignante et patients, relatives au partage d’informations et aux prises de décisions concernant le processus thérapeutique. Seront étudiés plus particulièrement les processus d’adaptation réciproque en fonction de l’ETP.
  • Analyser l’évolution des relations et rapports entre soignants et malade.
  • Analyser chez et entre les différents acteurs la gestion du rapport aux risques et aux responsabilités liés aux choix thérapeutiques.
  • Mettre en perspective ces évolutions avec leurs effets, qu’il s’agisse d’effets socialisés (résultats thérapeutiques, coûts, …) ou par rapport au vécu subjectif des patients (rapport au corps propre, sentiment de bien-être ou de mal –être).

Enseignante de la HERS participant à la recherche : Jacinthe Dancot, infirmière, M.Sc., maître-assistante à la HERS.